Accueil interview Interview de Stanislas Lucien, Directeur associé de l’agence Travel-Insight

Interview de Stanislas Lucien, Directeur associé de l’agence Travel-Insight

29
0
PARTAGER
Smartphone à la main

Stanislas Lucien est le fondateur et le directeur associé de l’agence Travel Insight. Elle se présente comme une agence de communication digitale spécialisée dans le tourisme et les loisirs.

1.     Pouvez-vous nous présenter brièvement votre agence et ce qu’elle propose ?

Stanislas Lucien, directeur associé de Travel Insight, agence de communication digitale spécialisée dans le tourisme. Nous proposons des services de community management, de relations influenceurs, production de contenu vidéos / photos / SEO et nous faisons aussi un peu de développement web.

2.     Si vous deviez résumer votre parcours en quelques phrases ?

Après un bac technologique en hôtellerie / restauration, j’ai souhaité poursuive avec un BTS option A (gestion hôtelière). A la fin de mon BTS, je n’avais plus gout pour les études et je me suis décidé de partir mener la belle vie en m’insérant professionnellement. Je n’ai pas réussi à trouver de travail, hormis faire des vendanges et de la rénovation de mobile-homes pour le groupe d’hôtellerie de plein air Homair vacances. J’ai rapidement compris que mon avenir professionnel n’était pas à sa place et j’ai repris des études, tout d’abord un bachelor en marketing du tourisme et des loisirs puis un MBA à l’ESCAET en Revenue Management

3.     Selon vous, qu’est-ce que le tourisme digital ? Et le « content marketing » ?

Compliqué de répondre à votre première question :). Le tourisme digital veut tout et rien dire, si on parle de l’univers du tourisme appliqué au digital, je dirai que c’est le moyen de par lequel nous utilisons principalement des visuels qu’ils soient photos ou vidéos afin de donner l’envie de partir à la découverte d’une destination. Ce qui répond un peu à votre deuxième question, le content marketing consiste à produire et à diffuser autour d’un storytelling ou non (une image vaut mille mots et mille mots vaut une image) un visuel qui permet de mettre sous ses meilleurs angles une destination ou une marque.

4.     En quoi consiste votre semaine type ou celle d’un membre de votre équipe en charge de campagnes digitales pour un acteur touristique ?

Cela consiste principalement à animer au quotidien selon un planning stratégique et commercial les réseaux sociaux et les différents supports de communication de la marque. Le but étant le suivant : optimiser tout au long de l’année la visibilité de la marque. Les semaines sont ensuite assez différentes des unes des autres en fonction des temps forts et des plannings de chacun puisqu’il faut savoir être « couteau-suisse » de la production de contenu à la réalisation des rapports de mission.

5.     Quels sont les réseaux sociaux qui répondent le mieux à l’univers du voyage et à quel moment ils interviennent dans le processus du voyage ? Et à l’inverse, ceux qui y répondent de moins en moins ?

Pendant un long moment Facebook était indétrônable, désormais c’est Instagram qui prend le dessus car la façon de consommer le contenu se doit d’être plus rapide, plus éphémère et répondre à des besoins « wahou » immédiats. Les réseaux sociaux, de nature, ne sont pas là pour renseigner sur une destination ou une marque, mais principalement pour inspirer, faire rêver, inviter à la découverte, notamment par la création d’un trafic qualifié vers du contenu rédactionnel ou vers des offres de voyages. On voit ainsi la disparition petit à petit de Snapchat, dont je me pose encore la question de son utilité pour les professionnels du secteur ?

6.     Quelles sont les structures qui font le plus appel à vos services ? Comment est composé votre portefeuille clients ?

Aujourd’hui 20% sont des destinations (Côte d’Or Tourisme, la République Dominicaine, Orléans Val de Loire tourisme …) , 80% sont des privés (TGV, Interrail, OUI.sncf, Vedettes de Paris, Vente Privée Voyage … etc.)

7.     Diriez-vous qu’il est indispensable d’avoir un compte Instagram consacré au marché français ?

Il est indispensable d’être partout où vous êtes susceptible d’être tagué, et il est vrai que vous l’êtes beaucoup plus facilement sur Instagram que sur tout autre réseau social. Donc autant sur le marché Français que sur l’international vous avez l’obligation de tenir à jour votre feed avec un contenu qualifié et de redoubler de créativité pour les stories (souvent beaucoup plus consultées que les photos de votre compte.)

8.     Avez-vous quels conseils afin de créer une communauté fiable et fidèle ?

Tout l’art du community management est là, répondre à tous les commentaires, pousser le contenu de vos followers, savoir être présent et disponible, je pense que nous avons fait le tour. Il faut imaginer les réseaux sociaux comme un moyen d’échange, ce n’est pas une vitrine. Il est le moyen le plus court par lequel en tant que marque ou destination vous pouvez être en contact avec voyageurs finaux, savoir en prendre soin c’est miser sur le développement de votre visibilité !

9.     Que pensez-vous des dernières évolutions des réseaux sociaux ?

Selon les réseaux sociaux on constate clairement une différence de segmentation, sur Facebook on remarque que c’est désormais souvent les +25 qui y sont présents à la différence d’Instagram ou encore Youtube ou la façon de consommer est bien plus jeune.

10.  Quelles sont selon vous les bonnes pratiques pour évaluer la réelle influence d’un influenceur ?

Simplement se renseigner sur la façon dont il travaille, ses valeurs, ses créations, son univers, et ensuite vérifier l’engagement des publications VS sa communauté de followers. Généralement cela permet déjà de savoir si le travail est qualitatif, s’il correspond à votre marque et à vos valeurs et s’il est susceptible de faire appel à des services d’achat d’engagement ou de communauté. Si un doute persiste, il existe la plateforme HypeAuditor qui permet de connaitre rapidement au travers d’un rapport social media la part globale d’influence que possède l’influenceur que vous ciblez !