Monsieur Damien MORTIER, directeur de l’agence réceptive BLAKANIA Tour, agence réceptive dont le siège social est en Serbie a accepté de répondre à mes questions, afin que nous puissions voir ensemble quel est son rapport au digital dans son quotidien.

 

Question 1 : Quel est votre parcours.

 

J’ai un parcours atypique, j’ai un BTS commerce. J’ai ensuite travaillé dans la restauration rapide et dans l’immobilier, ce qui n’est pas conventionnel pour être aujourd’hui un professionnel du tourisme. Mais la passion du voyage m’a poussé à travailler dans un domaine qui me plaisait, sachant qu’il n’est pas évident de travailler dans un secteur dans lequel on n’est pas formé.

 

Question 2 : Pouvez-vous présenter votre agence ?

 

J’ai ouvert cette agence avec mon associé bulgare francophone il y a 15 ans. C’est une agence réceptive dont le siège social est en Bulgarie.

Nous avons aussi 2 salariés qui assurent le suivi commercial et le secteur administratif.

Nous sommes spécialisés sur la Bulgarie le Monténégro, la Serbie et la Roumanie.

Nous passons par différents prestataires pour nos clients comme des Tour operator à qui nous sous traitons des prestations.

Notre site internet permet de trouver de nouveaux clients pour leur future destination, ce qui est un fort avantage étant donné que nous sommes réceptifs.

 

Question 3 : Quelles sont vos principales missions ?

 

J’ai un emploi du temps très variable selon les saisons, tout comme mon associé qui s’occupe de la partie commerciale sur le marché français, et le reste de l’équipe s’occupe de trouver différents prestataires locaux.

Notre clientèle étant assez diversifiée, nous avons différentes missions tout au long de l’année.

En automne, nous participons à des salons professionnels comme l’IFTM dans le but de nous faire des contacts professionnels et anticiper l’année prochaine.

De janvier à juin,  nous avons des demandes de clients particuliers, avec beaucoup de propositions, et nous devons répondre à leurs besoins et demandes rapidement. Nous avons aussi beaucoup de sollicitation via le site internet ou les plateformes du type Evaneos qui nous permet d’être en relation direct avec nos clients.

En été, mon associé gère les problèmes et les demandes de clients sur place.

Durant le printemps et l’automne, notre clientèle est principalement retraitée, qui préfère partir durant la basse saison et ainsi éviter le tourisme de masse. Nous sommes donc également présents afin de répondre à leurs besoins rapidement.

Enfin, il faut savoir que nous avons aussi des clients spécialisés dans l’archéologie, qui n’a pas de période particulière pour venir, c’est en fonction de leurs objectifs, et nous pouvons donc les recevoir toute l’année.

 

Question 4 : Comment vous faites-vous connaître des touristes français ?

 

Nous travaillons en partenariat avec des Tour Operator et des Agences de voyage qui nous sous-traitent leurs prestations, notre objectif commun étant de faire voyager nos clients de la manière dont ils le souhaitent. Cette association nous permet aussi d’avoir une clientèle fidèle, mais aussi de développer notre réseau de professionnels et de clients.

Pour moi, il n’est pas essentiel que les touristes connaissent le nom de notre agence réceptive, c’est pourquoi il faut que nous soyons présents sur les salons, car il est difficile de se faire une place lorsque des agences sont déjà bien ancrées sur un territoire.

Notre bon référencement Google nous permet d’avoir des contacts également.

 

Question 5 : Comment votre métier évolue avec le développement du digital ?

 

Il faut savoir qu’aujourd’hui, de moins en moins de Tour Operator fréquentent les salons du tourisme, tout se fait de plus en plus par le virtuel. Il y a un avantage financier et un gain de temps pour ces différents professionnels à passer par ce biais-là.

Le développement de ces nouvelles technologies permet d’organiser des Workshop en ligne, des rencontres virtuelles entre les clients et les professionnels ou entre professionnels directement, ce que je trouve dommage mais je n’ai pas d’autres choix que de m’adapter.

Il existe pour nos clients des partenaires et des plateformes du type Evaneos et ByNativ qui permettent de répondre de façon plus rapide à leurs besoins, et permettent d’éviter le physique pour chaque destination. Ce sont des secteurs d’avenir car le client est directement en relation avec l’interlocuteur sur place.

Ces plateformes permettent aussi la fidélisation des clients, ils se sentent accompagnés tout au long de leurs séjours à l’étranger.

 

Question 6 : Quels sont les moyens digitaux pour vous développer ?

 

Les plateformes prennent une place importante. Nous utilisons aussi de nouveaux outils, notre réseau d’agences de voyage et de TO. Nous faisons aussi partie du réseau Selectour, ce qui nous permet d’avoir de nouveaux contacts tout au long de l’année.

Nous faisons aussi partie d’un groupement, pour être présent dans leurs fichiers afin d’avoir de nouveaux contacts professionnels, étant donné le coût financier élevé pour participer aux salons.

Notre référencement Google, notre site internet et notre activité sur les réseaux sociaux nous permettent également de nous développer et augmenter notre visibilité.

 

 

Question 7 : Quels sont les avantages et les inconvénients de l’utilisation du digital au sein de votre agence ? 

 

Concernant les avantages, étant donné que nous sommes 4 personnes à travailler dans l’agence mais dans 4 pays différents, le digital nous apporte beaucoup de praticité. Nous pouvons ainsi communiquer directement en temps réel. De plus, cela permet d’éviter des frais de déplacement et une perte de temps.

 

Pour ce qui est des inconvénients, il y a bien sûr la perte de contact physique avec nos clients, je pense que le virtuel en restant dans le bureau n’est pas une chose positive. Heureusement que nous avons des salons pour rencontrer les personnes directement.

 

Question 8 : Quels sont les moyens financiers utilisés pour le développement du digital au sein de votre agence ? 

 

Nous développons notre propre outil de gestion informatique, dont le but est de nous faciliter le travail, de gagner du temps et d’être en lien direct avec la comptabilité. Le budget de cet outil est d’environ 40 000 euros par an.

Nous avons aussi notre cotisation pour être présents sur certains supports digitaux, ce qui représente un budget compris entre 20 et 30 000 euros.

Nous n’avons pas de catalogue physique, tout passe par le digital, sauf la participation aux salons.

 

 

Question 9 : Quelles sont les innovations que vous avez pu observer avec le développement du digital dans votre agence ? 

 

Tout d’abord il y a eu le développement des supports, permettant de valider les demandes en amont, et d’avoir une meilleure gestion.

Les nouveaux opérateurs ont une clientèle qui utilise le digital, et peuvent ainsi assurer la communication auprès d’eux et des futurs clients potentiels.

Le référencement Google joue aussi en notre faveur, ainsi que la version mobile de notre site.

 

De nouvelles technologies sont en plein développement actuellement, comme des réseaux plus spécialisés dans l’éthique et le solidaire, qui s’adaptent aux besoins humains et environnementaux des clients. Ils cherchent à rencontrer d’autres populations et à être respectueux de l’environnement, et la crise sanitaire de 2020 a poussé beaucoup de clients à réfléchir de cette manière-là. Mais cette pandémie va permettre aux professionnels du tourisme de se spécialiser sur d’autres niches.

 

Question 10 : pensez-vous que l’arrivée de la 5G en France peut représenter une opportunité pour le développement du tourisme réceptif dans les pays étrangers ? 

 

Je ne suis actuellement pas pour la 5G, des dommages collatéraux vont apparaître, même si la technologie va nous aider, il y a du positif et du négatif.

Les habitants des pays développés ayant accès à ce genre de dispositifs doivent prendre conscience de l’impact de ceux-ci sur l’environnement et leur santé. L’arrivée de la 5G est imposé, mais il va falloir s’attendre à une certaine résistance de la part des personnes n’étant pas en faveur de celle-ci.

Il faut savoir que les touristes vont moins voyager à l’avenir à cause du COVID, certains ont même décidé de ne plus prendre l’avion, ils ont pris conscience durant le confinement que la planète se porte mieux lorsqu’ils étaient confinés chez eux.

Avec le développement des nouvelles technologies, celles-ci ayant un fort impact sur l’environnement, il faut s’attendre à voir de plus en plus de catastrophes climatiques, ce qui va fortement faire changer la façon de voyager des touristes.

 

Retrouver le site internet de l’agence ici 

Merci pour votre lecture !