Accueil Inspirations Présentation de la plateforme Make Your Trip Better, par Olivier Gibouin

Présentation de la plateforme Make Your Trip Better, par Olivier Gibouin

143
make your trip better
make your trip better

Interview d’Olivier Gibouin, co-fondateur de la plateforme Make Your Trip Better

olivier gibouin, co fondateur

Pouvez- vous nous présenter votre plateforme « Make Your Trip Better » et son concept ?

 

Pour résumer, Make Your Trip Better est une plateforme qui met en relation les voyageurs et les locaux. Sa particularité, c’est qu’il s’agit d’une plateforme collaborative : il n’y a pas d’un coté une communauté de voyageur et de l’autre une communauté de locaux. Chacun est à tour de rôle le voyageur et le local.

Une fois sur la plateforme, on s’inscrit puis on renseigne son profil. On indique qui l’on est, et nos attraits sportifs, culturels… Ces informations permettent au voyageur de contacter le local dont le profil correspond à son besoin fonction de ses centres d’intérêts. Le voyageur, est ensuite inviter à « ajouter un lieu » correspondant à sa destination de vacances, et c’est à partir de là aller qu’il pourra rechercher les contacts présents sur ce lieu.

Un large choix de critères est disponible : on peut choisir si l’on préfère entrer en relation avec un homme, une femme, quelqu’un qui aime la randonnée, ou plutôt quelqu’un qui aime le cinéma; on peut choisir en fonction de la tranche d’âge également. Après avoir filtrer les critères indispensables, on peut encore affiner le choix du profil et entrer en contact avec la ou les personnes choisies en leur écrivant un message.

Ce qui est bon à savoir, c’est que les profils restent anonymes : seul le prénom ou le pseudonyme s’affiche sur les fiches profil. Chacun a également la possibilité de mettre un avatar avec une photo ou une image, ou de laisser l’image par défaut,.

Ensuite, les relations sont  individualisées. La plateforme Make Your Trip Better est là pour mettre en place un échange entre deux personnes de sorte à créer du lien. La plateforme permet ainsi à travers la création de ce lien d’obtenir des conseils, des bons plans sur une destination. Si on le souhaite, l’invitation est également d’aller plus loin. Pourquoi pas même se rencontrer et pratiquer une activité ensemble sur place ?

Aussi, cette plateforme fonctionne au niveau national, mais également à l’international même si le contexte le permet peu en ce moment.

Enfin je tiens à préciser que cette plateforme est gratuite pour ses utilisateurs. On a un business model derrière qui permet à la plateforme de se rémunérer à travers la présentation d’offres publicitaires adaptées et non intrusives. Nous ne communiquons pas les données personnelles des utilisateurs : on veut vraiment pratiquer la bienveillance aussi bien entre les utilisateurs, qu’entre la plateforme et ses abonnés.

Comment vous est venue cette idée d’allier technologie et tourisme ?

Il y a plusieurs expériences diverses et variées qui m’ont amené à ce projet.

Premièrement, je trouve la technologie formidable et j’aime beaucoup m’appuyer dessus et l’utiliser. En revanche, je ne souhaite pas qu’elle remplace une certaine vie sociale. Je prefère que ce soit un outil qui amène à faire des rencontres et ensuite passer des moments ensemble en dehors de l’outil. Et dans ce sens, c’est ça l’invitation de Make Your Trip Better : aller plus loin qu’échanger sur les  réseaux sociaux, car il est vrai que sur ces applications le lien reste virtuel. Make Your Trip Better est là pour être un générateur de lien social, et pas seulement un générateur de lien social numérique.

Ensuite l’idée est venue de plusieurs expériences passées :

D’abord, quand j’étais étudiant à Paris et qu’internet était encore peu développé j’ai participé à un programme qui rémunérait les étudiants qui acceptaient d’accompagner lors de sorties ou soirées des étudiants américains. La seule règle était de communiquer en français avec eux et de créer de l’interaction : j’ai trouvé ça formidable. A l’époque, le processus était un peu laborieux puisqu’il fallait connaître ces universités pour y participer. J’avais adoré ce programme et j’en garde un souvenir de belles rencontres et moments passés merveilleux.

Ensuite, j’ai poursuivis mon parcours et finalement certains besoins restent quel que soit notre âge. J’aime beaucoup aller marcher en montagne avec mes enfants par exemple, et la marche peut parfois leur sembler longue. Mais il y a quelque chose de magique : si on fait cette marche avec d’autres familles et des enfants du même âge, cela rend les randonnées beaucoup plus sympathiques car le lien créé rapidement entre les enfants fait que ceux-ci marchent avec plaisir tous ensemble.

Ces constats m’ont permis de réaliser à quel point la création de lien pouvait transcender une expérience d’où le développement de cette plateforme.

Comment avez-vous créé et lancé cette plateforme ?

J’ai eu cette idée et j’ai fait un état des lieux des forces et faiblesses de cette idée, et une des principales difficulté pour lancer cette plateforme était qu’il fallait gagner assez rapidement des utilisateurs et çela dans le monde entier.

Je ne pouvais pas faire connaitre la plateforme ville par ville car si je commence par Paris et que des utilisateurs Parisiens souhaitent se rendre à Annecy et qu’il n’y a pas encore d’utilisateurs dans cette ville cela ne fonctionne pas. Classiquement certains remédient à ce problème avec beaucoup d’argent et une promotion dans le monde entier.

Mais n’ayant pas cette possibilité j’ai recherché une autre stratégie. J’en ai parlé à mes amis, mes collègues, et je leur ai demandé s’ils voulaient s’associer à moi dans ce projet. Au final, nous sommes 26 associés. Chacun est venu avec ses compétences et son réseau. Nous avons imaginé et développé la plateforme, nous l’avons  traduite en 6 langues en autonomie. Les 26 associés, sont implantés ou sont originaires de plusieurs régions du monde : Canada, Autriche, Suisse, Maroc, Bulgarie…. Cela a créé une communauté de « citoyens du monde ».

En mobilisant chacun son réseau, des utilisateurs du monde entier ont rejoint la plateforme. C’est un des facteurs qui fait que les nouvelles personnes qui rejoignent la plateforme ne sont pas seules quand elles arrivent. Grâce à cela le développement de la plateforme peut se faire plus rapidement.

rencontres

En quoi le digital joue-t-il un rôle dans ces échanges touristes- hôtes ?

Il y a un élément important qui définit ces échanges : le lien de confiance entre le voyageur, les professionnels du tourisme et les institutionnels.

En plus d’avoir besoin d’être conseillé par un professionnel sur certaines destinations ou activités le voyageur a de plus en plus souvent besoin de réassurance désintermédiée et désintéréssée ; c’est-à-dire d’être directement également conseillé via un particulier qui a lui-même vécu cette expérience.

C’est le phénomène que l’on observe avec les blogueurs qui vont visiter différents endroits et conseiller leurs abonnés. Et le voyageur se dit « s’il l’a fait, s’il a apprécié, pourquoi pas moi ? » Le besoin recherché dans ces conseils, c’est vraiment qu’il soit de particulier à particulier. Dès qu’il a tendance à être trop professionnalisé, trop structuré, parfois la confiance diminue et le voyageur peut penser qu’il y a un intérêt commercial derrière tout ça.

Et cette mise en relation entre le voyageur et le local est quasiment impossible sans l’apport du numérique : quelqu’un qui habite Paris et qui souhaite visiter New-York et obtenir des bons plans et conseils avisés pour préparer son voyage a beaucoup plus de chances d’obtenir ces renseignements s’il passe par le digital. Tout le monde n’a pas un ami new yorkais ou qui a vécu à New York.

Le numérique permet cette désintermédiation et ce lien partout, pour toutes les destinations. Cette technologie permet aux voyageurs d’obtenir de la réassurance avant de se rendre sur une destination.

Quelles sont les tendances actuelles sur votre marché en terme de digital ?

Celle que j’ai évoqué auparavant, cette désintermédiation, ce besoin d’être conseillé par un particulier est une tendance forte.

Nous observons également via la plateforme, que la tendance de « Slow Tourism » se renforce encore. Il y a ce besoin croissant de couper plus avec le digital et de partager davantage de moments de convivialité. Il y a une prise de conscience plus grande et un besoin d’évolution de l’usage des réseaux sociaux et du digital. Bref, l’idée c’est de ne de pas se contenter en voyage de poster de jolies photos sur Instagram mais d’aller aussi à la rencontre de la population et se créer ainsi d’autres souvenirs forts. Parfois, plus que les beaux paysages, la rencontre avec des locaux constituera l’élément de notre voyage dont l’on se souviendra en premier.

Pensez-vous que le digital peut vraiment permettre de remettre l’humain au cœur des voyages ?

Bien évidemment, oui, sinon Make Your Trip Better ne serait pas là aujourd’hui. Je suis absolument convaincu que le digital est une formidable passerelle et qu’il ne faut surtout pas l’opposer aux relations humaines. Les deux peuvent être totalement complémentaires et s’enrichir l’un l’autre. Je ne suis pas un anti-digital, j’utilise d’ailleurs pleinement les réseaux sociaux, seulement je ne veux pas m’en contenter. Je tiens aussi à ces moments conviviaux faits de rencontres humaines et physiques.

C’est valable pour le voyage mais pas uniquement. Le digital reste un outil génial pour la création de lien. Nos possibilités de lien sans cet outil seraient beaucoup plus infimes. Par exemple, on le remarque sur un thème en particulier: les sites de rencontres sentimentales. Aujourd’hui, si l’on recherche un partenaire, et que nous comptons sur les rencontres de notre quotidien les chances de faires de nouvelles connaissances sont assez réduites par rapport à ce que peut offrir le digital. Et si cela fonctionne pour les rencontres sentimentales, pourquoi ça ne fonctionnerait pas pour les rencontres amicales lors des voyages ? Le digital est une fenêtre ouverte vers les relations humaines. Il décuple toutes les possibilités de rencontres « physiques ».

Puisque le voyage est momentanément à l’arrêt, pensez-vous que votre plateforme permettrait de « faciliter le voyage » ou susciter le voyage ?

Elle ne facilite pas forcément le voyage. Elle ne permet pas de contourner les contraintes liées à la crise sanitaire en ce moment.

Cependant, elle peut aider pour s’informer des règles sanitaires sur une destination. Nous, ce qu’on observe et ce qui est important c’est que cette crise interroge les internautes sur leurs pratiques touristiques, elle aide à la remise en question et à se dire « et si on prenait le temps, et si après tout ça on remettait plus d’humain » ; la crise semble accélérer cette prise de conscience.

Make Your Trip Better pourra contribuer à cette aspiration de convivialité. Cette crise semble renforcer cette aspiration surtout là où elle était déjà présente.

Avez-vous d’autres projets que cette plateforme au niveau digital pour les années à venir ?

D’abord nous allons poursuivre les évolutions et enrichissements de la plateforme Make YourTripBetter. Nous venons d’ailleurs récemment de mettre en ligne une simplification du process de mise en relation et on a également rendu notre page d’accueil plus agréable visuellement car la première version était nettement perfectible.

Make Your Trip Better c’est une « start up » avec un développement rapide. Des changements tenant compte des feedbacks des internautes interviendront régulièrement : on a profité des premiers mois de fonctionnement pour questionner les utilisateurs dans le but d’enrichir cette plateforme. On va continuer dans cette démarche, la plateforme évoluera encore.

Pour mieux comprendre : Make Your Trip Better est une plateforme conçue et portée par la société « Partasam » ; contraction de partager et s’amuser : ce sont les valeurs qui rassemblent tous les associés de cette société. C’est à dire, prendre du temps, avoir ce partage entre nous, prendre du plaisir dans ce que l’on fait, y trouver du sens.

Nous avons pour projet de créer d’autres plateformes qui ne porteront pas nécessairement sur le secteur du tourisme et du voyage, mais qui seront toujours alignées avec ces valeurs. Il y’a beaucoup d’autres domaines que le voyage par exemple où il peut être utile de créer du lien et où le numérique pourra vraiment nous servir. C’est un peu tôt pour vous dévoiler ces projets aujourd’hui, mais vous les découvrirez assez vite.

Make Your Trip Better.com

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette plateforme, cliquez ici !