Accueil interview Interview de Pauline Limouzin – Photographe, rédactrice et créatrice culinaire

Interview de Pauline Limouzin – Photographe, rédactrice et créatrice culinaire

20
pauline limouzin

1. Présentez-vous une phrase ?

Je m’appelle Pauline, je suis photographe, rédactrice et créatrice culinaire. Basée à Rennes, je me déplace partout en France pour mettre en avant les métiers de bouche, les producteurs, les artisans et les projets liés à l’art de vivre de manière générale.

2. En quoi consiste votre métier ?

En tant que photographe, rédactrice et créatrice culinaire, j’ai plusieurs casquettes, toutes reliées par les mots et/ou l’image et ayant pour objectif de valoriser les savoir-faire, les projets engagés, les produits, les terroirs et les femmes et les hommes qui les façonnent au quotidien. Je réalise des photo-reportages, des photographies de produits, je crée des recettes sur-mesure pour mettre en avant des produits et je réalise des contenus rédactionnels pour les entreprises comme pour les médias.

3. Que pensez-vous du tourisme culinaire à leur actuelle ? Et de l’offre proposée aux touristes ?

La gastronomie semble avoir pris une place grandissante dans l’offre touristique ces dernières années, notamment dans les villes. Aussi, on voit apparaitre différents projets (côté privé comme côté collectivités publiques) ayant pour but de sensibiliser à une alimenta%on plus saine et durable et/ou de valoriser les acteurs de la gastronomie locale (producteurs, artisans, restaurants, commerces…). Quelques exemples sur le territoire rennais : le Marché à Manger, le festival Goûts de Rennes, les Toqués de Mythos, le Food Mood Tour…

Autant de projets engagés qui permettent le développement d’une dynamique locale autour de la gastronomie et sa mise en abîme dans les médias et le quotidien des citoyens.

4. Pensez-vous qu’il est nécessaire d’avoir des ambassadeurs du tourisme culinaire pour développer ce secteur ? Et pourquoi ?

Pourquoi pas ! Je pense que capitaliser sur leur notoriété, leur ancrage local et leur expertise ne peut apporter que des bénéfices pour promouvoir le tourisme culinaire. Si l’on reste sur l’exemple de la Bretagne, je pense forcément au journaliste et photographe culinaire Olivier Marie (créateur et organisateur du Marché à Manger, du festival Goûts de Rennes avec Des%na%on Rennes, et coordinateur de rédaction de Bretons en Cuisine) que l’on retrouve régulièrement dans les médias pour parler de la dynamique gastronomique rennaise. Ou encore le Youtubeur et journaliste Evan Adelinet (@evandeBretagne) et la cheffe, consultante et créatrice culinaire Maud Vatinel (@baroudeuseculinaire) qui ont réalisé avec la région Bretagne des vidéos, en allant à la rencontre de Bretons engagés pour une alimenta%on vertueuse.

5. Malgré la crise sanitaire et les changements de mode de consommation des touristes, quelles sont selon vous les nouvelles stratégies à adopter pour le secteur ?

Nous avons tous envie de retrouver des moments conviviaux, de partage et de rencontres. Aussi, à mes yeux, le fait culinaire peut être un des traits d’union qui permettent cela. La cuisine et l’alimenta%on de manière générale – de la terre à l’assiette, peuvent être créatrices de liens forts entre les citoyens et les territoires. D’ailleurs, on observe un regain d’intérêt ces dernières années pour connaitre les dessous des métiers de bouche, savoir comment est produit ce que nous mangeons, et par qui. Je tends à penser que les immersions dans les coulisses de ces métiers peu ou mal connus, via des ateliers, des visites ou des stages, vont continuer à se développer. En tout cas je souhaite que cela fasse partie des stratégies touristiques, mises en place par les entreprises elles-mêmes et en collaboration avec les collectivités publiques.

6. En tant que rédactrice et créatrice culinaire, la digitalisation de la gastronomie est primordiale pour vous dans la valorisation de celle-ci. Pensez-vous que sans l’apport du digital à l’heure actuelle, ce secteur serait autant mis en lumière ?

Il est clair que l’ère du tout (ou presque) digital a véritablement permis de développer la notoriété des entreprises culinaires en dehors des territoires dans lesquels elles se situent. Ces dernières années, on a vu croitre un véritable engouement pour le fait culinaire, la cuisine et la pâtisserie et les métiers de bouche dans leur ensemble. Cela s’explique en par%e par la place grandissante du digital dans nos vies qui permet un accès à de très nombreux contenus divers et variés sur ces sujets, mais aussi à un certain besoin de reconnecter avec le « faire » et des métiers plus manuels et ancrés dans la réalité. Reste maintenant à trouver le bon équilibre entre virtuel et réel… tout un programme, passionnant au demeurant !

Son linkedin